Les oeuvres

Page en construction

Michel Tournier, Vendredi ou la vie sauvage, Paris, Gallimard Jeunesse, 2012

Éditions Flammarion, 1971, pour la première édition en album illustré

 

L’auteur

Michel Tournier est un écrivain français né en 1924 et décédé en 2016. Il a aussi bien écrit des ouvrages pour les adultes que pour les enfants. En 1970, il reçut le prix Goncourt pour Le Roi des aulnes. Mais c’est trois ans plus tôt, en 1967, que sa carrière décolla véritablement : il publia Vendredi et les Limbes du Pacifique, une réécriture de Robinson Crusoé, et reçut le Grand prix du roman de l’Académie française. Vendredi ou la vie sauvage est l’adaptation pour la jeunesse de cette œuvre.

Les personnages

Il n’y a que deux personnages principaux :

Robinson Crusoé : Robinson est un jeune homme britannique. Il souhaite se rendre en Amérique du sud pour faire des échanges commerciaux entre le Chili et l’Angleterre. Le temps qu’il passe sur l’île de Speranza change radicalement sa vision européocentrée du monde.

Vendredi : Vendredi est un indien à la peau noire. Il est choisi comme sacrifice humain par ses pairs et tente alors de s’enfuir. Quand Robinson abat un de ses poursuivants, l’indien rescapé décide de servir son sauveur et reste avec lui sur l’île. Vendredi est athlétique et sa personnalité joueuse se révélera vite incompatible avec son rôle de serviteur.

L’œuvre

Au milieu du XVIIIe siècle, le navire « La Virginie » prend la mer pour rejoindre l’Amérique du Sud. À son bord, tout un équipage dont Robinson Crusoé, un anglais souhaitant faire des échanges commerciaux avec le Chili. Bien que le bateau soit réputé invincible, une tempête a raison de lui : il fait naufrage. À son réveil, Robinson se retrouve sur une île déserte. Il est le seul survivant. Voyant qu’aucun navire ne passe au large, il décide de construire lui-même un nouveau bateau qu’il nomme « L’Évasion » et qu’il ne parviendra jamais à mettre à l’eau. Il se résigne alors à devoir vivre sur l’île, vierge et sauvage : il tente de dompter la nature et de la civiliser à la manière des sociétés européennes, se crée une maison, la décore, construit une horloge et réalise un calendrier, met en place l’agriculture et l’élevage et élabore également des lois. Pour couronner sa nouvelle vie, il appelle l’île « Speranza » et se nomme gouverneur. Un jour, des indiens arrivent sur l’île. Ils décident de sacrifier l’un des leurs, mais la victime désignée s’enfuit. Robinson tue l’un des poursuivants et l’indien rescapé reste sur l’île pour le servir. Mais l’indien est libre par nature et son tempérament joueur ne lui permet pas de rester obéissant très longtemps. Un jour, ayant jeté sa pipe près de tonneaux de poudre, il fait exploser par inadvertance toutes les installations construites par Robinson. Finalement, Robinson et Vendredi décident de ne pas reconstruire l’organisation précédente, mais d’adopter un nouveau mode de vie : beaucoup plus libre, plus primaire et en harmonie avec la nature. Vendredi apprend de nombreuses choses à son ancien maître. Ils vivent heureux et sereins; si bien que, lorsqu’un bateau, « Le Whitebird », arrive sur l’île, Robinson fait le choix de ne pas repartir.

Michel Tournier a pris des libertés par rapport au texte original de Daniel Defoe. Si la narration est toujours prise en charge par Robinson lui-même, plusieurs faits ont été modifiés. Ainsi, la partie où le navire sur lequel Robinson est attaqué par des pirates n’apparaît pas dans la version de Tournier. Il en est de même pour le passage où Crusoé achète une plantation au Brésil. Finalement, l’adaptation pour la jeunesse ne débute que lorsque « La Virginie » fait naufrage. Le personnage de Daniel Defoe appelle le lieu « l’île du désespoir » et non pas « Speranza », ce qui témoigne d’une vision complètement différente du personnage sur l’environnement sauvage qui l’entoure. En somme, le dénouement de Vendredi ou la vie sauvage diffère tout particulièrement de celui de l’histoire originale, puisque chez Michel Tournier, Robinson décide de ne pas repartir de l’île, tandis que chez Daniel Defoe, le personnage retourne en Angleterre. Enfin, le titre est également le signe d’une adaptation libre de la part de Michel Tournier : les projecteurs éclairent plus particulièrement Vendredi dans Vendredi ou la vie sauvage, tandis qu’ils sont axés sur Robinson dans Robinson Crusoé.

Citation / extrait

« L’Indien avait dissimulé sa tête qui donne une teinture verte quand on casse une de ses tiges – des rameaux et des feuilles qui montaient en s’enroulant le long de ses cuisses et de son torse. Ainsi déguisé en homme-plante et toujours riant aux éclats, il exécuta une danse triomphale autour de Robinson, puis il se sauva à toutes jambes vers la mer pour se laver dans les vagues. » (Chapitre 18)

Les thèmes

La solitude : Robinson vit seul dans une île déserte. Néanmoins, il s’aperçoit qu’il perd vite la tête à force de solitude. Il perd certaines facultés humaines, comme le sourire. L’Homme, par nature, n’est pas fait pour être seul.

La relation entre l’Homme et la Nature : au départ, Robinson voit la nature comme une altérité à dompter, mais il comprend petit-à-petit que cette relation dominant-dominé ne fonctionne pas. Il s’agit plutôt d’adopter une relation raisonnée avec la nature, basée sur le principe de besoin.

La connaissance des animaux et de l’environnement naturel : le livre est jonché d’informations sur les animaux, mais aussi, plus en général, sur la nature. En lisant cette œuvre, le lecteur peut acquérir de nouvelles connaissances, sur une nature qu’il ne connaît plus aussi bien aujourd’hui.